Posts Tagged ‘barbe’

SUR LE FIL DU RASOIR….

rasage mer agitée

RASAGE! L’ ÉPREUVE AU QUOTIDIEN !

97% des hommes se rasent, et plus de 60% le font au rasoir mécanique.
Le rasage est une préoccupation d’hygiène essentielle et quotidienne pour les hommes.Et ..la barbe c’est rasoir!

A chaque séance de rasage, l’homme enlève 65 mg de poils et un poids égal de couche cornée, et la sécrétion séborrhéique préservant la peau des agressions extérieures est également perturbée
Le rasage, qu’il soit mécanique ou électrique, constitue donc une agression quotidienne importante pour la peau.
En rasant les poils, les cellules superficielles de la peau sont éliminées brutalement et le film hydrolipidique, barrière protectrice naturelle de la peau est altéré.
Elle s’irrite donc par altération de la barrière cutanée et devient vulnérable : elle est sensibilisée, déshydratée et irritée.
Après le rasage, l’homme ressent un inconfort, une sensation de tiraillement et de picotement. On parle souvent de l’inconfort du «feu du rasoir». En cas de coupures, un risque supplémentaire d’infection locale est possible.

En l’absence des soins appropriés, la peau peut présenter au niveau des joues, du cou et du menton, une sécheresse cutanée associée à des dartres et à des rougeurs..
L’utilisation de produits inadaptés, fortement alcoolisés après le rasage, amplifie ces désagréments.
De ce fait, la peau de l’homme nécessite des soins réguliers et adaptés à ses particularités, tant au niveau des actifs que des textures.

DEUX SORTES DE RASAGE
Au rasoir mécanique
Cette corvée virile est la source de bien des tracas. Le rasage dit « mécanique » est en effet source d’irritations, de coupures, de tiraillements, de brûlures, d’égratignures… Autant de portes d’entrée pour des microbes malveillants.
Il reste néanmoins toujours d’actualité car lui seul permet un rasage « parfait ».
D’où l’importance des soins à apporter à la peau avant, pendant et après le rasage.
L’étape du rasage dure 5 à 10 minutes chaque jour, étape pendant laquelle la peau a besoin de gestes doux et de soins adaptés. Voici quelques conseils qui vous seront utiles

  • Avant le rasage, passer un gant humide et chaud sur le visage, pour dilater les pores et redresser les poils.
  • Masser la peau en mouvements circulaires avec un gel ou une mousse à raser pour bien l’assouplir. Laisser agir quelques secondes avant de débuter le rasage.
  • Le rasage à «rebrousse poil» est responsable de l’apparition des poils incarnés.
  • Raser les joues, le dessus des lèvres et le menton de haut en bas, et le cou de bas en haut.
  • Après le rasage, rincer correctement le visage à l’eau chaude puis essuyer la peau avec une serviette chaude en tamponnant sans frotter
  • Appliquer un soin après-rasage spécifique au type de peau pour l’hydrater et faire disparaître le feu du rasoir.
  • Si la peau est normale à mixte, nettoyer le visage 1 à 2 fois par semaine avec un gel exfoliant désincrustant pour débarrasser la peau de toute impureté.
  • Changer la lame du rasoir tous les 3 ou 4 rasages.
  • En cas de poils incarnés ou folliculite éviter les rasoirs à double ou triples lames qui rasent trop court et qui facilitent la rétractation du poil.

Au rasoir électrique…
Réputé inoffensif, un bon rasage électrique implique une bonne préparation. En particulier que le poil soit préalablement relevé et durci. La prévention et le soin du poil incarné, si désagréable et disgracieux est donc essentielle.

QUELQUES CONSEILS 
Le principal critère à prendre en compte dans le choix d’un produit est son action antibactérienne. En effet, lorsque l’on rase une peau à imperfections, les bactéries vont se nicher directement dans les coupures et les écorchures, entraînant des infections responsables de l’apparition de nouveaux boutons.
Heureusement il existe des soins « polyvalents », qui, dans une même formulation, participent à l’hydratation de la peau et  à sa protection (solaire par exemple). Un soin peut aussi être hydratant et réparateur (exemple du baume après-rasage).
A ce propos, il est important de choisir avec soin la crème, la mousse ou le gel de rasage car chacun possède une « dynamique » d’action bien particulière. Et c’est votre peau qui doit choisir pour son plus grand bien.
Pensez à la pierre d’alun, pour prévenir le saignement des microcoupures. (suite…)

LES DURS ONT LA PEAU TENDRE!

image homme

PRENDRE SOIN DE SA PEAU… HOMMES-FEMMES, ENCORE DES INÉGALITÉS
La peau d’un homme n’est pas identique à celle d’une femme. Les différences sont nombreuses, et importantes. Les mécanismes en jeu sont extrêmement complexes. Néanmoins, on doit retenir quelques points importants.
A la base elle est  plus résistante et environ 25% plus épaisse que celle de Madame, donc moins fragile
Elle plisse moins vite mais se creuse  plus profondément et plus tardivement a chacun son désagrément!!

LES CARACTÉRISTIQUES DE LA PEAU DE L’HOMME
Sous influence hormonale, la peau de l’homme possède des caractéristiques particulières, dont il est impératif de tenir compte comme la barbe, la déshydratation et les secrétions sébacées
Elle est de plus soumise quotidiennement à l’épreuve du rasage qui la fragilise et la sensibilise
C’est pour ces différentes raisons que les hommes, tout comme les femmes, ont besoin de soins quotidiens adaptés aux particularités de leur peau.
Sécheresse
Innée ou acquise, la sécheresse de la peau masculine comme féminine, est fréquente. Une fréquence accrue par le mode de vie, en particulier celui du citadin (stress, pollution, climatisation, chauffage excessif) mais aussi par le climat et l’absence de protection (grand froid ou grand soleil
Séborrhée
Hormones : plus imprégnée d’androgènes que d’estrogènes, la peau masculine sécrète plus de sébum. Cela justifie donc des traitements différents par rapport à la peau féminine.
Vieillissement
La peau féminine montre quelques signes d’alerte dès 25 ans à peine, alors que la peau masculine se ferait presque oublier jusqu’à la trentaine. En revanche elle rappelle Monsieur à l’ordre ensuite, et plus brutalement…

SES SPÉCIFICITÉS
1) L’influence hormonale
Les hormones mâles dont vous tirez votre « sex appeal » sont celles-là mêmes qui stimulent les glandes sébacées, souvent hyperactives chez les hommes de 15 à 30 ans.
La peau masculine et ses annexes sont sous influence hormonale et plus particulièrement sous l’influence des hormones androgènes : testostérone et dihydrotestostérone.
Cette activité hormonale accrue au niveau de la peau et des phanères explique les différentes spécificités de la peau masculine entre autres : les follicules pileux et la sécrétion sébacée
2) Le système pileux
Le système pileux est très développé. Il est constitué de 6 000 à 30 000 poils, la barbe s’étend des joues au menton et au cou.
Principalement composés de kératine, les poils forment une barrière protectrice efficace
3) Les secrétions sébacées
Le sébum est synthétisé en grande quantité : les glandes sébacées sont plus volumineuses et plus nombreuses.
Plus lubrifiée, la peau présente l’avantage d’être naturellement moins sèche, et le film hydrolipidique également plus épais assure une meilleure protection de l’épiderme.
Or, cette nature grasse de la peau n’est pas sans conséquences, elle présente un inconvénient majeur : la peau de l’homme est davantage sujette aux problèmes d’hyper séborrhée, aux pores dilatés, aux poils incarnés, à l’acné chez les plus jeunes.

DÉSAGRÉMENTS PONCTUELS ET COURANTS
Les hommes rencontrent des problèmes cutanés spécifiques liés au rasage et à la nature grasse de leur peau.
1) La folliculite de la barbe
La folliculite est une inflammation du petit « sac » qui contient la racine du poil, et qui subit l’assaut d’un microbe (souvent le staphylocoque doré) ou d’un champignon.
Elle se manifeste par de petits boutons rouges, enflammés, qui élisent fréquemment domicile dans le cou… le plus souvent a la suite d’ une incarnation du poil dans son follicule au moment de la repousse.Lorsque cette infection est étendue et récidivante, on parle de Sycosis de la barbe qui se manifeste par des suintements et ou des croutes
2) Le feu du rasoir
A la différence de la folliculite, c’est une affection initialement mécanique non infectieuse, qui peut toutefois se sur-infecter secondairement.
Elle touche 50 à 75 % des sujets de peau noire (barbe drue et dense, poil frisé) et 3 à 5 % des caucasiens.
Deux mécanismes physiopathologiques sont possibles : soit un rasage trop court ou une pénétration secondaire d’un poil trop long.
3) L’acné chez les adolescents
L’acné est une dermatose inflammatoire du follicule pilosébacé. Typiquement, elle débute à la puberté et peut s’avérer plus sévère. Les principaux facteurs responsables sont : l’hyper-séborrhée, la rétention sébacée, l’inflammation et la colonisation bactérienne
Elle se manifeste cliniquement par une peau grasse et luisante, et des imperfections cutanées principalement localisées sur la zone T du visage (points noirs, comédons, micro kystes, papules, pustules…).